RSS

A la rencontre de Chung-Leng Tran

30 Jan

Dans les lieux dont je vous parle et dont je vous parlerai encore, il y a les gens qui font le café. Les torréfacteurs, les baristi… J’irai, en commençant aujourd’hui, à la rencontre de ces personnes pour un ‘petit questionnaire caféo(b)logue’. Quelques questions autour du café, forcement.

Quand il ne fait pas de café, Chung-Leng martyrise les chats

C’est à Terres de café, où il officie comme barista, que j’ai rencontré Chung-Leng. Par la suite, j’ai découvert qu’il est barista champion de France 2012, dans la catégorie café filtre. Oui, si vous avez lu mes billets précédents, il faut un certain savoir-faire pour extraire un bon café filtre. Le choix du café, sa mouture…

C’est au Télescope que je l’ai retrouvé pour lui poser quelques questions.

Chung-Leng est photographe et c’est un ami travaillant dans la presse qui un jour lui prêta sa machine et son moulin, une Rancilio Silvia et la Rocky, parce qu’il partait plusieurs mois. A partir de là, Chung-Leng se mit à acheter son café en grain chez Richard, puis chez des torréfacteurs plus soucieux du produit comme Cataldi, Lomi, Square Mile ou Coutume. Ce faisant, il fréquentait les forums francophones et anglophones dédiés au café et se rendait au Frog Fight régulièrement. Il apprit tout ce qu’il sait du café sur le tas.

Alors, pourquoi le café ?

« Parce que c’est convivial, l’aspect social autour du café est important. J’aime aussi le servir aux gens. En plus, il y a différents modes d’extractions, ce qui multiplie les plaisirs ! Mais on peut tout de même s’en faire seul de temps en temps. Aussi, et surtout, c’est bon. Et on peut en boire plusieurs par jour, tous les jours ! Le café de spécialité n’est pas encore répandu et je connais et entretiens de bons rapports avec la plupart des personnes de la ‘scène parisienne’.»

Ton café préféré ?

« Le monde du café est si varié et j’en connais encore si peu qu’il m’est difficile d’en dégager un seul au détriment des autres. Néanmoins, s’il faut choisir, je dirais aujourd’hui les cafés d’Éthiopie. Le but, aussi, est d’en découvrir le plus possible. Je reste ouvert.»

Ton mode d’extraction préféré pour boire ?

« Cela dépend de mon humeur et du moment de la journée. Le matin au réveil, je préfère un café filtre pour démarrer en douceur et j’aime bien boire un espresso plus tard dans la journée, mais il m’arrive aussi (souvent) de boire un café filtre dans l’après-midi. Pas de méthode préférée qui ressort.»

Mode d’extraction préféré à exécuter ?

« L’espresso. Mais j’aime bien également préparer un café filtre avec le V60. »

Et enfin, tes lieux favoris pour un café ? 

« A paris : Télescope, Ten Belles et Coutume, sans ordre particulier.»

Voilà. Chung-Leng, en un an de pratique depuis qu’il s’y est mis sérieusement, s’est fait une place parmi les meilleurs représentants du café en France. Champion ou pas, c’est un plaisir de se faire préparer un café ou de le partager avec lui.

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 30 janvier 2013 dans Les gens

 

Étiquettes : , , , , ,

2 réponses à “A la rencontre de Chung-Leng Tran

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :