RSS

Archives de Tag: Sébastien Lerat

La brûlerie de Bernay

La Brûlerie de Bernay

La Brûlerie de Bernay

Lorsque je faisais la tournée des cafés durant la rédaction du Guide de l’amateur de café à Paris j’ai eu, durant quelques sorties, un compagnon de dégustation. Bachir aime le café et il voulait découvrir ce qui se fait de mieux à Paris. La virée que nous avons entreprise un jour entre République et Rambuteau n’a pas dû le décevoir, comme les autres j’espère. Mais ce jour là, c’est lui qui me surprit : « Tu connais Sébastien Lerat ?

– Ça me dit quelque chose, mais comme ça, non.

– C’est un torréfacteur à Bernay, en Normandie, il est bien : il a gagné le concours du meilleur torréfacteur de France, c’est pas rien.

– Tu le connais comment ?

– Eh bien, je vais souvent à Bernay, je le connais bien maintenant…

Nous avions échangé quelques détails à son propos et nous en étions restés là. Jusqu’au mois de mars dernier. Je l’appelai un soir : « On se la fait cette sortie dans l’Eure ?

– Dans l’heure non, mais la semaine prochaine j’ai des dispos.

– C’est malin…

Et nous décidâmes de rendre visite à Sébastien dans sa brûlerie, à Bernay, au début de ce mois d’avril.

Sébastien Lerat dans sa boutique

Sébastien Lerat dans sa boutique (Photo Bachir Maïbeche)

Nous nous sommes promenés sur les terres Euroises, à travers les champs et prairies d’un vert unique, ce vert qui nous rappelle que, même s’il est ce jour très agréable, le temps n’est pas toujours ensoleillé. C’est beau. Les chaumières et les pommiers ne font pas clichés, ils sont à leur place ici.

Après la balade, il fallait se rendre à Bernay pour notre objectif du jour : la brûlerie. Je connaissais Sébastien Lerat d’après ce que j’en avais lu dans la presse : technicien chez Renault pris dans un plan de licenciement, il avait repris la boutique qui se libérait et s’était formé par lui même, en potassant et en pratiquant.

Sébastien nous a très gentiment accueillis, il est resté bavarder avec nous dans le salon au fond de la boutique. Il nous laissait régulièrement pour s’occuper des clients venus acheter cafés et thés ainsi que ceux qui s’installaient pour une dégustation. Il fait maintenant partie intégrante de la vie des Bernayens qui viennent ici pour refaire le plein de théine et caféine et parler de la vie de la région.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un trophée bien exposé

Il propose dans son magasin une douzaine de cafés d’origines diverses, torréfiés par ses soins. Je suis reparti avec un Maragogype du Nicaragua, frais et crémeux comme il faut lorsqu’on le prépare en espresso.

Nous lui avons demandé quelle est son origine préférée. « Les cafés africains », nous répondit-il. Les éthiopiens particulièrement. Il les aime et les connaît bien, c’est un de ces cafés qu’il a travaillés et qui lui a permis de gagner le concours du meilleur torréfacteur, organisé par le Comité Français du Café, en 2013.

Par ailleurs, on trouve chez lui tout ce qu’il faut pour préparer son café à la maison : des moulins, cafetières en tous genres, de la filtre à l’espresso automatique, et des filtres en papier.

P4013112.2

Sébastien satisfait de sa nouvelle livraison

Finalement, Bernay n’est pas si loin de Paris, je ferais bien de sa brûlerie mon fournisseur régulier ! Pour faciliter la tâche, on peut toujours commander en ligne : Brûlerie de Bernay

La Brûlerie de Bernay, 12 rue du général de Gaulle, 27300 BERNAY

Publicités
 
2 Commentaires

Publié par le 19 avril 2016 dans Où boire les meilleurs cafés

 

Étiquettes : , , , ,

La Caféothèque

Une salle accueillante

Une salle accueillante

Dans toute cette effervescence qui secoue gentiment le monde du café, avec l’ouverture de nombreux coffee-shops à Paris et partout en France, on en oublie presque les lieux « historiques ». Je vous ai parlé de Verlet la dernière fois et il faut que je vous parle de la Caféothèque.

La Caféothèque est bien plus récente mais n’en est pas moins une pionnière du renouveau du café dans notre pays. Elle a ouvert en 2005, toutefois son histoire remonte à un peu plus longtemps que ça.

Gloria Montenegro était ambassadeur du Guatemala en France. Pour elle, le café guatémaltèque était le meilleur du monde et elle voulait donc en faire la promotion. Avec le temps, elle s’est rendu compte que la réalité est plus nuancée que ça. Chaque pays revendiquant l’excellence.

Gloria Montenegro

Gloria Montenegro

De l’envie de marquer un trait d’union entre l’œnologie et le café, elle créa en 2001 l’Académie de Caféologie et l’association Connaissance du Café. Les membres se réunissent depuis mensuellement, d’abord chez elle, puis au Procope (café historique, célèbre pour être le plus ancien encore ouvert à Paris) et depuis cinq ans à la Caféothèque. Ce commerce familial est née de l’envie de rendre accessibles ces grands crus qui se dégustaient tous les mois et continue l’entreprise pédagogique avec une équipe de professionnels et des intervenants de premier plan comme Sébastien Lerat (meilleur torréfacteur de France) pour un master class tout récemment. Quand je vous dis qu’ils sont pionniers ; ils étaient les seuls en France, en 2005, à revendiquer et communiquer sur l’intransigeance de leurs choix.

La boutique est une torréfaction et aussi un salon de café où l’on peut profiter en tasse de la vingtaine de

La salle de formation

La salle de formation

terroirs proposés à la carte, sur un total de centaines de cafés en stock, le tout élaboré par des baristi compétents pour donner d’excellents filtres, espressi, cappuccini et quelques autres spécialités. On y trouvera son bonheur en dégustant tranquillement sa boisson préférée et l’amateur pourra satisfaire son palais en choisissant son cru ou en suivant des séances de caféologie et aussi des formations, dont une professionnalisante.

« Question café, la France est en retard, me dit Gloria. Il y a un rattrapage à effectuer par rapport à l’œnologie et à la gastronomie bien développées par tradition ici. Ça va assez vite, tout de même, car les français ont un palais analytique et aiment l’idée de terroir portée par le café ».

Excellence et expertise reconnues : la Caféothèque participe à l’élaboration du cahier des charges et au jugement du concours international de design de tasses lancé par la ville de Limoges le 25 mai dernier.

Tout cela fait un bel établissement dans son esprit, celui de la transmission d’une passion, comme dans la qualité de ce qu’on y trouve. Je vais m’abonner aux expos de l’Hôtel de Ville rien que pour faire le détour ici !

La caféothèque : 52 Rue de l’Hôtel de ville, 75004 Paris

 
4 Commentaires

Publié par le 8 juin 2014 dans Où boire les meilleurs cafés

 

Étiquettes : , , , , ,