RSS

Archives de Tag: Juvara

Ascenseur pour l’expresso (Episode 30)

Le talent d’Achille (4/7)

[Retour au sommaire]

«Le talent est la faculté de concentrer son attention sur tel ou tel objet et d’y voir quelque chose de nouveau, quelque chose que les autres ne voient pas».¹⁷

Rita Hayworth - Gilda
86. Rita Hayworth dans la scène mythique de Gilda (film de 1946) et le levier éponyme lancé par Gaggia en 1952.

Le modèle Pandora n’a peut-être pas eu le succès qu’il méritait car la Foire de Milan de 1952 présentait aussi une véritable star, la Gilda, première machine à levier domestique de Gaggia. C’est la machine qui fait entrer l’espresso dans les foyers, et un nouveau coup de génie d’Achille.

Le modèle est nommé non pas en référence au prénom de sa femme (qui s’appelait Luigia) mais au personnage incarné par Rita Hayworth dans un film de 1946, figure emblématique de la pin-up. Le film «Gilda» sort en Italie autour du mois d’avril 1947, soit très peu de temps avant la date du dépôt par Achille Gaggia de son brevet pour levier à ressort, le 8 août 1947. Gaggia a certainement vu le film vers cette date, peut-être même après l’avoir déposé au bureau du Ministère de l’Industrie et du Commerce. J’ai comme l’impression qu’en choisissant le nom «Gilda», il a voulu associer la figure de cette icône glamour qui a marqué les esprits d’après-guerre à l’exaltation de son brevet et aux possibilités qui s’offraient alors à lui. Il accordait une grande importance, et avec raison, à ce brevet au cœur de sa réussite, faisant apparaître l’année de son obtention et de fondation de sa compagnie «Brevetti Gaggia» sur son logo (à travers l’inscription 1848-1948). Le message caché est peut être aussi lié à l’histoire qui sous-tends l’intrigue du film : un brevet racheté pour trois fois rien avant-guerre et qui fait la fortune des personnages principaux, placés en position de monopole. L’histoire d’Achille est de celles qui semblent chuchoter qu’il faut suivre son instinct en laissant des traces derrière soi… je me plais à penser que c’est déjà l’attrait des salles obscures qui l’avait mené, au milieu des années 30, en plein cœur du quartier des cinémas de Milan, au café «Moka Sanani», croiser le chemin d’Antonio Cremonese, l’homme qui changea son destin.

Gilda XXXe Fiera milano 1952
87. Annonce de la présentation du modèle Gilda de Gaggia à XXXe Foire de Milan. Gazzetta del Mezigiorno – Cremona, 25 avril 1952.
Brevet Gilda ES204209 - 1952
88. Brevet de la Gilda, «Aparato para la preparacion del café exprés», déposé en Espagne le 20 juin 1952 (numéro ES204209).
Publicité Gilda Natale 1952
89. Un des premiers modèles produit et publicité pour la Gilda pour le Noël 1952 (Gazzetta del Mezzogiorno – Cremona, 6 décembre 1952).
Motifs Gilda 1952
90. Dessin de la Gilda levier levé, détail de la décoration sur la cuve et vue plongeante où on peut apercevoir le thermomètre et le « G » de la grille.

Le brevet de la Gilda, «Appareil domestique ou analogue pour la préparation de café express», est déposé en Italie le 26 avril 1952, tout juste synchronisé avec la XXXe foire de Milan où la machine est présentée pour la première fois. Elle est de petite taille, avec une cuve fermée et un chauffage électrique contrôlé par un interrupteur, une valve de surpression et un thermomètre incorporé au bouchon de la chaudière. Elle est en aluminium avec des lignes très simples, une cuve décorée de deux bandes entrelacées portant les mots «Gaggia – Gilda – Milano» et la grille de la bassinelle percée de trous qui découpent la lettre G de Gaggia.

Publicité Gaggia Esportazione - Gilda
91. Publicité d’un point de vente de Gaggia à Milan.
Publicité Gaggia Esportazione - Gilda (Torino)
92. Publicité d’un point de vente de Gaggia à Turin (Gazzetta del Mezzogiorno, 3 mars 1953).
Catalogo Caudano 1953
93. Page du catalogue de vente « Caudano – Articoli Casalinghi » de 1953 où apparaît le Gilda. [Source:Francesco Ceccarelli]

La publicité pour la Gilda mets l’accent sur la possibilité d’obtenir chez soi de la «crème de café naturelle» (l’espresso), comme au bar, mettant en parallèle la machine professionnelle de Gaggia et la petite Gilda. Elle était vendue à l’époque 35,000 Lires (soit l’équivalent de ~450€ actuels),¹⁸ ce qui n’était pas à la portée de toutes les bourses mais relativement bon marché pour la qualité de fabrication, la nouveauté qu’elle représentait et le café qu’elle pouvait produire. Dès 1953, elle est vendue en Espagne par Gaggia Española, qui la présente à la foire internationale de Barcelone où l’on retrouve le camion Gaggia Esportazione.

Camillo Gaggia Premières Gilda
94. L’équipe de Gaggia inspectant les premières Gilda produites (à gauche, Camillo Gaggia, au centre des trois autres, certainement le même personnage que celui apparaissant sur la photo 19).
XXIe Feria Barcelona 1953
95. Pleine page de Gaggia Española dans le journal ABC du 13 juin 1953, annonçant la Gilda à l’occasion de XXIe foire internationale de Barcelone (on remarquera à droite du pavillon, la présence du camion Gaggia Esportazione).
Publicité Gaggia Gilda Couleur
96. Pleine page de Gaggia annonçant la Gilda en 1952.

Fait assez étrange, le piston de la Gilda, contrairement à l’invention originale de Gaggia, ne comporte pas de ressort. Cela en fait une machine très proche dans son principe de l’Europiccola, qui ne verra le jour que 7 ans plus tard (brevet pour modèle de Piero Diamanti, numéro 77505, déposé le 20 avril 1959). Pourquoi ce choix ? Pour des raisons de sécurité ? D’esthétique ? De disponibilité ou de corrosion des ressorts ? Difficile de le savoir.
On dit souvent que la Gilda est la première machine à levier domestique. En fait, elle est certainement la première machine commercialisée mais ça n’est pas précisément le premier brevet du genre. Il existe un autre brevet qui le précède de seulement quelques jours, déposé par Renato Roverselli de Brescia (à proximité de Milan) le 19 avril 1952. La machine Roverselli possède une cuve ouverte, un chauffage électrique et un piston à ressort actionné par un levier. Les poignées du levier et du porte-filtre ressemblent étrangement à celles des Gaggia. On remarque sur le brevet qu’un système de fixation par serre-joint était prévu pour stabiliser la machine. Autre fait assez particulier, il n’y a pas de joints sur le piston. Il est dit dans la description que l’étanchéité et la température d’opération idéale sont assurées par la différence de dilation entre le disque situé en bas du piston (élément 20) et la chemise. Le choix des matériaux était censé bloquer le piston en-dessous de la bonne température et être étanche lorsque la température lui permettait de monter et descendre. Pas sûr que le système était tout à fait fiable.

Brevet Roverselli FR1075920 - 1953
97. «Machine pour la préparation du café en boisson», brevet de Renato Roverselli déposé en France le 17 avril 1953 (numéro FR1075920).

Est-ce pour cela que la Gilda n’avait pas de ressort ? La Roverselli relevait plutôt du prototype alors que la machine de Gaggia était déjà à l’état de commercialisation au moment du dépôt du brevet. Il n’est pas possible qu’il ait changé ses plans à la dernière minute, d’autant qu’il était à l’origine de l’idée du ressort. C’était donc dès le début que sa machine domestique n’en possédait pas.

Roverselli commercialisera éventuellement sa machine, ou reprendra du moins ses grands principes dans un modèle peu connu mais qui a bel et bien existé, la Petronilla Piccolobar (marques détenues et distribuées par la firme Alfonso Bruni de Milan). Il n’existe pas de lien évident entre Roverselli et Bruni, mais Roverselli a déposé en 1953 un brevet avec l’ingénieur Max Lange d’Innsbruck, qui est clairement une modification du premier brevet, avec la même numérotation étendue, cuve fermée et remplissage par une arrivée d’eau.

Brevet Roverselli & Lange AT195841 - 1953
98. «Espressomaschine», brevet de Renato Roverselli et Max Lange déposé en Autriche le 18 novembre 1953 (numéro AT195841).
Publicité Piccolobar Petronilla (Alfonso Bruni) 1953
99. Publicité de 1953 pour la Piccolobar Petronilla, distribuée par Alfonso Bruni.
Modèles ELWE Piccolobar
100. Différents modèles Piccolobar distribués par Elwe et Bruni.

Or, il se trouve que Max Lange était le propriétaire de ELWE-Elektro-Technishe Erzeugnisse Lange & Co. (19, Defreggerstrasse, Innsbruck, Austria). Elwe, la compagnie qui commercialisait les Piccolobar en Autriche et en Allemagne, y compris un modèle plus évolué avec cuve fermée et arrivée d’eau. Si ces preuves ne suffisent pas, une publicité d’époque pour la Piccolobar annonce «un piston sans joint fonctionnant sur le principe de la dilatation des métaux». On relèvera aussi que les «Brunella», modèles distribués plus tard par Buni, utilisent exactement le même principe de levier avec cuve ouverte (mais avec des joints sur le piston, comme la plupart des Piccolobar d’ailleurs).

Dans les mêmes années, un autre inventeur autrichien desservira les pays germaniques, et même jusqu’à l’Espagne, avec une machine domestique à ressort. Elle comporte même plusieurs ressorts et une conception assez complexe. Franz Hochmayr (Ramperstorffergasse 66, Vienna, Austria) est le concepteur de l’étrange modèle appelé «Nockit» dont le brevet est déposé en Autriche le 22 février 1952, ce qui en fait peut-être bien la toute première machine à ressort domestique commerciale, mais qui ne produisait pas à proprement parler de l’espresso. Son principe repose plutôt sur le contrôle précis de la poussée de l’eau, due à la pression de vapeur, et une sorte de filtre pressurisé avant l’heure.

Brevet Hockmayr US2688911 - 1953
101. «Electrically heated expresso machine for the preparation of coffee, tea, or the like», brevet de Franz Hochmayr déposé aux États-Unis le 4 février 1953 (numéro US2688911).
Nockit modèle et publicité Hockmayr
102. Machine Nockit et publicité de la Metallwarenfabrik Ing. Franz Hochmayr.

Parmi les avant-gardistes, on peut signaler qu’en 1953, deux autres compagnies ont conçu des machines espresso domestiques directement inspirées de la Gilda : il s’agit de Juvara et Radaelli.

Les Établissements Juvara, compagnie parisienne, s’associe de nouveau avec Cesare Bialetti (avec lequel ils avaient commercialisé la Vesuviana)¹⁹ mais cette fois-ci pour déposer avec lui un brevet, le 9 juillet 1953, appelé «Appareil pour la préparation du café». Derrière ce titre particulièrement vague se cache une machine tout à fait originale. Il s’agit d’une machine espresso avec cuve ouverte dont l’axe du piston (sans ressort) reprend le principe de la crémaillère de Gaggia mais entrainée par un volant, à la manière des perceuses à colonne. Elle n’a pas dû être fabriquée en grand nombre car il existe bien des photos de cette machine (déposées à l’INPI comme justificatif d’un brevet pour dessin et modèle), mais aucun exemplaire connu de nos jours. Pas de trace non plus du modèle à deux groupe qui apparaît dans le brevet.

Brevet Juvara & Bialetti FR1085498 et dépôt INPI - 1953
Brevet Juvara & Bialetti FR1085498 - 1953
103. «Appareil pour la préparation de café», brevet de Juvara et César Bialetti déposé en France le 9 juillet 1953 (numéro FR1085498) et photos du brevet pour dessin et modèle déposé à l’INPI le 30 juillet 1953.

L’autre modèle dérivé de la Gilda venait de R. Radaelli (pour Riccardo Radaelli) S.p.A., une compagnie établie à Milan depuis les années 20, spécialisée dans les chauffe-eau, au gaz ou électriques. Profitant certainement d’une expertise en fabrication de résistance immergées (à l’instar de Piero Diamanti et son entreprise D.P. quelques années plus tard), elle conçoit une petite machine espresso appelée «Caffomatic» que l’architecte Paolo Buffa aurait dessinée. Le brevet pour modèle est déposé en Italie, au nom de l’entreprise, le 21 avril 1953, sous le titre «Macchina portatile per la preparazione estemporanea di infusi come caffé camomilla e simili bevande a foggia sostanzialmente cilindrica con piattaforma di sostegno». Un autre brevet pour modèle est déposé le 3 juin 1953 aux États-Unis par Enrico Radaelli (certainement un des fils). Machine élégante avec une cuve ouverte et un levier ayant la particularité d’être courbé, cuve chromée et peinture à l’aspect martelé, le mécanisme du piston est exactement le même que celui de la Gilda. C’est la seule machine qu’ils produiront mais c’est un coup de maître car de nombreux modèles postérieurs s’inspireront de ce design si particulier pour l’époque.

Radaelli modèle et photo brevet
104. Machine Caffomatic de R. Radaelli.
Radaelli brevet USD174468 - 1953
105. Brevet pour modèle d’Enrico Radaelli déposé aux États-Unis le 3 juin 1953 (numéro USD174468).

 

___________________________________

 

Logo FAEMA 1954
106. Dépôt de marque en Italie du logo FAEMA (numéro 118161 du 18 février 1954).
FAEMA Venere 1952
107. Modèle «Venere» de FAEMA, produit vers 1952.
Publicité FAEMA via Ventura 1954
108. Affiche de la compagnie FAEMA ventant la cadence de production de leur nouvelle usine (on y voit tous les premiers modèles : Nettuno, Marte, Mercurio et Venere).

La deuxième raison pour laquelle la «Pandora» ne s’est pas vendue est peut-être aussi à chercher du côté de FAEMA. La compagnie possédait en effet un modèle assez similaire sorti en 52, une machine à un groupe assez compacte de la série «système solaire», appelée «Venere» (Vénus).²⁰ Trop grosse pour la maison, trop petite pour un bar, c’est une machine qui n’a pas dû être produite en grand nombre car elle est relativement rare aujourd’hui. Beaucoup plus difficile à trouver, c’est certain, que la réponse de Valente à la Gilda : la «Faemina». Son nom même, qui signifie «femelle» en latin, semble être un pied-de-nez à la Vénus glamour de Gaggia. Elle est couverte par deux brevets déposés en Italie les 28 mai 1952 et 14 avril 1953.

Brevet Faemina FR1080145 - 1953
109. «Machine à faire les infusions de café avec piston soulevable à la main utilisable notamment dans l’économie domestique», brevet de Felice Arosio et Ernesto Valente déposé en France le 27 mai 1953 (numéro FR1080145).
Publicité Faemina - 1953
110. Publicité de FAEMA pour le nouveau modèle Faemina, vendu 43,000 lires en 1953.
Logo Faemina - 1954
111. Dépôt de marque de FAEMA pour la Faemina (numéro 118974 du 9 juin 1954).
Publicité Faemina couleur 1954
112. Publicité en couleur pour la Faemina, reprenant le logo nouvellement déposé (1954).

Elle est peut-être là l’explication de l’absence de ressort sur la Gilda. Valente et Gaggia se sont possiblement entendus sur le type de machine qu’ils allaient chacun mettre de l’avant. Produite à partir de 1953, cette petite dernière de la famille FAEMA rencontrera un succès considérable, malgré son prix sensiblement plus élevé que la Gilda (43,000 lires en 1954). Il faut dire qu’elle avait tout pour plaire : un ressort, une cuve fermée avec lance vapeur pour les cappuccini, et une esthétique qui fait encore rêver. Une cuve suspendue sur un pied et un hublot pour voir l’action du piston poussé par le ressort, concept qui sera maintes fois copié par la concurrence.

On peut citer en particulier la Microcimbali, produite à partir de 1954, vendue entre 38 et 40,000 Lires. La San Marco «Tipo Famiglia» et «Tipo Junior». La «Chicobar», machine très rare de la famille «Bruni», certainement aussi produite en 1954 (date du dépôt de la marque par Bruni), dont il existe un très beau spécimen sur Home-Barista. Et la «SantCarlo», découverte très récente de Francesco Ceccarelli.²¹

Microcimbali 1954
113. Publicité pour la Microcimbali dans la Stampa Sera du 4 décembre 1954.
Microcimbali XXXIIe foire de Milan 1954
114. Publicité pour la Microcimbali montrant sa présentation lors de la XXXIIe foire de Milan de 1954, ainsi que son prix de vente (38,000 lires).
Publicité couleur Microcimbali
115. Publicité en couleur pour la Microcimbali.
Modèle Chicobar (Alfonso Bruni) 1954
116. Modèle «Chicobar» distribué par Alfonso Bruni.

Gaggia ne se laisse pas déconcentrer et poursuit la production de la Gilda, en constituant une nouvelle compagnie (la VE.MA.CC.) dont l’adresse correspond à celle des bureaux de Gaggia (8, via Angelo Maj). La société annonce utiliser les ateliers Gaggia et offre, à partir de 1953, un modèle appelé «Iris», très similaire à la Gilda mais avec une cuve ouverte. Il est possible que Gaggia ait cédé ses anciens locaux (3 via Carabelli) à la VE.MA.CC., car en 1953 la production de Gaggia est déplacée à une nouvelle adresse, via Cadolini. Début 1953, Brevetti Gaggia est enregistrée au 24 de cette rue (d’après un brevet britannique) et l’on retrouve alors cette adresse sur les badges de la Gilda. Gaggia est plus tard enregistrée au 9, via Cadolini (vers 1955) où se trouve une toute nouvelle usine. Dans cette période une nouvelle fabrique située à Monaco, Plage de Fontvieille, est aussi inaugurée.

Modèles Gilda (via Carabelli 3) et IRIS (Via Angelo Maj 18)
117. Modèle Gilda (à gauche) et modèle Iris (à droite) produits respectivement par Gaggia et la VE.MA.CC.
Publicité Gilda (Gaggia) et IRIS (VE.MA.CC.)
118. Publicités pour la Gilda et l’Iris (Gazzetta del Sud, 7 décembre 1952 et 28 mai 1953).
Personnage mystère - Gilda 54
119. Personnage mystère manipulant le nouveau modèle Gilda de 1954 (il s’agit certainement du même personnage que sur la photo 38).

En 1954, Gaggia sort une nouvelle version de la Gilda, complètement revisitée. Il est d’ailleurs surprenant qu’il ait gardé le même nom tant la machine est différente dans son esthétique et dans son fonctionnement. C’est une cuve ouverte avec un ressort pour le piston, actionné à l’aide de deux bras de levier. Les formes sont très arrondies, le corps est en métal poli et les poignées sont lisses, de couleurs noires, marrons ou blanches. En position de repos, les bras sont relevés, donnant à la machine un air de robot triomphant. Mais, pour la ranger, ils peuvent aussi être repliés en dévissant un cran d’arrêt, ce qui change l’attitude du robot en boxeur campé fermement sur ses jambes, prêt à en découdre. Je ne vous dirai pas à quoi me fait penser le porte-filtre, souvent en place sur les photos… mais disons que le tout a un air assez viril. La machine a beau être présentée par une miss, on est loin de la féminité de la première Gilda et de la pin-up qui lui avait inspiré son nom.

Gilda 54 et affiche film 1946
120. La Gilda’54 à côté de l’affiche du film Gilda de 1946.
Miss présentant la Gilda 54
121. Présentation de la nouvelle Gilda par une Miss Italienne.
Publicité Gilda 54 (VE.MA.CC.)
122. Publicité pour la Gilda’54, vendue par la VE.MA.CC.
Publicité Gilda 54
123. Publicité de 1954 pour la nouvelle Gilda où apparait son prix de vente : 23,000 Lires.
Publicité Gilda 58 (Gaggia Espanola)
124. Publicité espagnole pour la Gilda’58, La Vanguardia du 23 décembre 1958.

Il ne semble exister aucun brevet pour cette machine, ni pour invention ni pour dessin et modèle. Elle utilise pourtant un mécanisme sensiblement nouveau par rapport à ce qui se faisait jusque-là. Possible que Gaggia ait plus ou moins cessé de croire dans les brevets, voyant qu’il finissait par se faire copier de toute façon, ou que ce brevet existe seulement en Italie. La compagnie a un historique relativement limité en nombre de brevets, notamment par rapport à Valente qui en dépose une quantité phénoménale. La nouvelle Gilda, la Gilda’54, est offerte à un prix un peu plus bas que la première version : 23,000 Lires à sa sortie. La Gilda 54, devient la Gilda 55, 56, … et ainsi de suite jusqu’à la fin des années 50 sans trop de changement à la machine elle-même. Elle sera vendue au moins jusqu’en 1960 où on la retrouve dans un catalogue, vendue 24,000 Lires.²²

Seule la concurrence s’ajuste : Valente pense à un nouveau modèle et dépose un brevet en Italie le 5 juillet 1955 pour une Faemina revisitée, elle aussi aux formes plus arrondies. Il n’existe aucun exemplaire connu de cette machine qui a pourtant été fabriquée, au moins sous forme de prototype, car une photo d’un exemplaire existe, prise sur une ligne de production de la Faemina.

Brevet Valente ES226092 (Faemina modifiée) - 1956
125.«Maquina para cafe de tipo familiar», brevet déposé en Espagne par Ernesto Valente le 10 janvier 1956 (numéro ES226092).
Prototype Faemina modifiée
126. Photo d’une ligne de production de la Faemina où apparaît en premier plan la version revisitée.

C’est possiblement devant le succès de la nouvelle Gilda qu’il a changé ses plans, attendant la machine qui allait vraiment pouvoir se démarquer et lui permettre d’occuper une nouvelle niche. C’est ce que lui offre sur un plateau Pietro Papetti en 1957, avec une petite machine d’une telle simplicité de conception qu’elle peut être offerte à seulement 5,000 lires. Pietro Papetti, de Bargamo, dépose son brevet en Italie le 28 novembre 1956 et un certificat d’addition le 17 janvier 1957. Il s’entend certainement avec FAEMA qui lui rachète ses droits fin 1957. Ainsi, les brevets déposés en France, Belgique et Autriche en novembre 1957 sont déposés au nom de FAEMA en le citant comme inventeur. Au même moment (le 21 novembre) l’entreprise de Valente dépose les marques «Baby Faemina» et «Chiquita Faemina». C’est finalement le nom «Baby», tout simplement, qui restera avec l’usage.

Publicité FAEMA Baby
127. Publicité pour la FAEMA baby où apparaît le prix de vente : 5,000 Lires.
Brevet Papetti FR1186666 - 1957
128. «Machine pour préparer le café-crème dans l’économie domestique», invention de Pietro Papetti déposé en France par FAEMA le 22 novembre 1957 (numéro FR1186666).
Marques Baby et Chiquita Faemina - 1957
129. Dépôt des marques baby Faemina et chiquita Faemina par FAEMA (numéros 134446 et 134447, le 21 novembre 1957).
Modèle Baby avec sa boîte d'origine
130. Une FAEMA Baby et sa boîte d’origine.
kiosque FAEMA Baby
131. Des hôtesses offrent sur un kiosque une crème de café préparée sur la FAEMA baby.
Annonce FAEMA Baby - 1958
132. Annonce dans la Gazzetta del Mezzogiorno – Cremona, 19 novembre 1958.

La promotion du dernier né (c’est le cas de le dire) bat son plein. Pour convaincre la clientèle des qualités et de la facilité d’utilisation de la machine, certains représentants de la marque offrent même le café à ceux qui viennent leur rendre visite. Au niveau de la conception, on peut dire qu’elle est le pendant de la Gilda’54, mais sans ressort (un scénario inverse de celui de la sortie de la Faemina après la Gilda). Elle possède elle aussi deux bras de levier, sur lesquels on pousse simultanément pour forcer sur le piston et produire la crème de café. La machine est très compacte et se range dans une petite boite, un cadeau parfait pour les fêtes.

Publicité couleur FAEMA Baby
133. Publicité en couleur et en français pour la FAEMA baby.
Publicité FAEMA Baby - instructions
134. Publicité FAEMA baby ventant la facilité d’utilisation de la petite machine.

Voilà pour les petits leviers… c’est le début d’une longue série qui se poursuit encore aujourd’hui. Dans la liste des brevets, la suivante et non la moindre est l’œuvre du Dottore Emidio Salati, de la Vetraria Ambrosiana Milano (V.A.M., 9 Corso Venezia à Milan). Il dépose le 23 avril 1956 (sous le numéro 553.125) le brevet italien de celle qui deviendra la Caravel Arrarex. À partir de 1956, il y a une myriade de petites machines produites. Pour s’en rendre compte, il suffit de visiter le site très bien documenté de Francesco Ceccarelli.²³

Achille Gaggia devant un bar (années 50)
135. Achille Gaggia (à gauche), devant un bar de Milan.

Achille Gaggia, quant à lui, s’apprête à passer la main de l’entreprise à son fils Camillo et son partenaire Migliorini. L’aventure n’est pas tout à fait terminée pour lui mais le plus gros du scénario a déjà été joué. Il aura son nom au générique, et même en haut de l’affiche, avec à son actif beaucoup de premières et de levés de rideaux. On pourra se repasser le film encore longtemps, y trouvant chaque fois quelque chose de nouveau.

À suivre…

[Retour au sommaire]

_________________________________

¹⁷. Léon Tolstoï, Préface à la traduction russe des œuvres de Maupassant, 1894 (cité par Sylvain Tesson dans «Une très légère oscillation», Éditions des Équateurs, 2017). Guy de Maupassant disait lui-même, «Le talent provient de l’originalité, qui est une manière spéciale de penser, de voir, de comprendre et de juger.»
¹⁸. Voir sur le sujet de Home-Barista pour les détails du calcul.
¹⁹. Voir Episode 16
²⁰. Saturno, Nettuno, Marte, Mercurio, Venere et plus tard Urania… il ne manque que la «Giove» (Jupiter) à la série pour compléter le système solaire à part la Terre.
²¹. La machine, au mécanisme très particulier, était produite par celui qui a introduit la Microcimbali en Espagne.
²². Source: Francesco Ceccarelli. On trouve sur la même page une Baby à 5,000 Lires et une Microcimbali à 45,000 Lires.
²³. Dans la section «Dalla A alla Z» du site Francesco Ceccarelli sont recensés tous les petits leviers domestiques connus et moins connus.
 
2 Commentaires

Publié par le 31 décembre 2017 dans Histoires et Histoire

 

Étiquettes : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Ascenseur pour l’expresso (Episode 14)

Les bleus du petit noir… hasta La Victoria (3/3)

[Retour au sommaire]

Le sort de Pier Teresio Arduino est bien plus triste : il meurt subitement le 3 février 1923, alors qu’il se trouvait à Pavie (au sud de Milan), laissant sa femme sans héritier. L’héritage laissé à ses associés et au monde du café, quant à lui, est impressionnant pour un homme de moins de 47 ans. Il avait travaillé toute sa vie sans relâche à l’élaboration de machines à café, apportant des idées nouvelles et bâtissant un véritable empire. À la veille de sa mort, tous les éléments étaient réunis pour garantir l’avenir de La Victoria Arduino. Il avait finalement réussi son pari, annoncé dès son premier brevet, d’apporter au monde entier «le signe de la victoire Italienne fruit d’une étude patiente et constante correspondant aux besoins actuels de rapidité moderne et au travail sain d’un commerce qui se développe, d’un vent nouveau qui triomphe en donnant au public une tasse réchauffée instantanément»

https://i0.wp.com/i.imgur.com/ge4I5Gk.jpg
Affiche de La Victoria Arduino pour les modèles Tipo Extra vers 1930.

Cette année 1922 avait été particulièrement chargée, à croire que Pietro Arduino a fini par mourir d’épuisement. Il venait juste de transférer les activités de production dans une toute nouvelle usine, construite au 81 de via Bardonecchia et était revenu sur son idée de confier la publicité et la promotion de ses produits à une entité complètement séparée nommée VALVA (pour Vendita Apparechi La Victoria Arduino). Au niveau des inventions, il avait déposé pas moins de trois brevets différents durant l’été 1922 et les derniers projets sur lesquels il a travaillé sont révélateurs de son génie visionnaire. Il semble que le premier brevet intitulé «Perfezionamenti nelle macchine per la preparazione del caffè express» (numéro 213009 déposé le 5 juillet 1922), introduisait un nouveau robinet pour son modèle phare nommé «tipo extra», de forme classique. Le deuxième brevet est beaucoup plus intéressant : déposé le 3 août 1922 (numéro 213001), il porte le titre «Macchina murale per la preparazione del caffè espresso» . Je n’en ai pas cru mes yeux en voyant les dessins (en annexe du livre du Capponi) : bien avant celles de Reneka ou de Faema, Arduino avait déjà pensé à une machine murale.

https://i0.wp.com/i.imgur.com/SwGQAza.jpg https://i0.wp.com/i.imgur.com/DvAuz3m.jpg
Brevet italien N. 213009 d’Arduino, déposé le 5 juillet 1922 (image tirée du livre de Franco Capponi). 6

L’invention révolutionne complètement le monde des machines et la façon de servir le café. L’appareil extrêmement compact est branché sur l’eau de la ville (tube 2) et est muni d’une bouilloire intégrée (réservoir 8). L’eau arrive dans une chambre (1) munie d’un piston (3) pouvant être actionné à la main (levier 6). Celui-ci sert à doser la quantité d’eau qui sera réchauffée dans la bouilloire avant d’être envoyée vers le groupe par la pression de l’eau en ébullition (conduit 14). Un robinet à trois positions situé en dessous de la bouilloire permet d’envoyer l’eau vers le groupe en position haute (comme sur la Fig. 5), évacuer l’eau de la bouilloire en position intermédiaire (Fig. 4) ou envoyer la vapeur vers la lance 23 en position basse (Fig. 3).

Exit la machine «a colonna»… une idée révolutionnaire pour l’époque. Le concept de l’installation murale sera poursuivi par Arduino pour offrir aux bars une installation ultra-moderne (comme spécifié sur l’annonce en français montrée plus bas). Celle-ci avait un mode de fonctionnement légèrement différent (une bouilloire centrale étant placée au sous-sol et le robinet étant placé au-dessus), mais l’effet visuel, tout à fait nouveau, restait le même.

https://i0.wp.com/i.imgur.com/ap2JnPs.jpg
Brochure publicitaire de La Victoria Arduino pour une installation murale, vers 1930. 6

Pour compléter le tout, Pier Teresio Arduino avait déposé dans la foulée un dernier brevet intitulé «Macchina per la preparazione del caffè» (n. 213012 du 4 aout 1922) et, juste avant de mourir, il venait d’acquérir le brevet d’un certain Oreste Bajma Riva, un Milanais qui avait déposé plusieurs brevets relatifs à des fils ou des connecteurs électriques. Il était certainement connu de Bossi, et il se retrouve au poste de conseiller de La Victoria Arduino tout juste après la mort du fondateur.⁷ Son brevet, racheté par Arduino, porte le titre «Perfezionamenti dei riscaldatori elettrici per liquidi» (brevet 212465 du 28 juillet 1922, transféré intégralement à La Arduino le 22 mars 1923 sous le numéro 8137). Ça n’est pas énoncé clairement dans le livre de Capponi, mais ces brevets sont certainement tous reliés à une autre machine qui a connu un grand succès commercial et qui représente aussi un jalon dans l’histoire des machines à café : la «Tipo Famiglia».

https://i0.wp.com/i.imgur.com/9hbKAdm.jpg

https://i0.wp.com/i.imgur.com/rGqT5nx.jpg https://i0.wp.com/i.imgur.com/UzYYHHT.jpg
Sujet du brevet Italien N. 213012 d’Arduino, déposé le 4 aout 1922 (image tirée du brevet DE423480C). 

Une machine qui, comme la « mignonne », marque non seulement l’arrivée du porte-filtre dans les foyers « comme au café du coin » mais aussi le chauffage rapide par une résistance électrique, le tout dans une machine compacte et à l’esthétique recherchée. Le chauffage est toujours effectué à l’aide d’une chemise autour de la bouilloire, mais l’arrivée électrique se fait à l’aide d’un connecteur (c’était certainement là le sujet du brevet acheté à Bajma Riva), un principe qui sera repris sur de nombreuses petites cafetières. La cuve se remplit par le haut et un robinet permet de contrôler le passage de l’eau sur la mouture.

https://i0.wp.com/i.imgur.com/eqzZprP.jpghttps://i0.wp.com/i.imgur.com/rvXCcZ2.jpghttps://i0.wp.com/i.imgur.com/BgW555g.jpg

Évolution de l’image de marque de La Victoria Arduino, dépôts de marque de 1930 et 1931.

La mort de son fondateur ne ralentit pas l’expansion de La Victoria Arduino. Le sens de l’entreprise et de l’innovation (et peut-être certains projets laissés dans des cartons avant son départ) perdureront et vont assurer l’avenir de la société. La marque suit les modes du temps et continue de marquer les esprits avec ses campagnes publicitaires et ses modèles originaux.

https://i0.wp.com/i.imgur.com/mq9uY7K.jpg https://i0.wp.com/i.imgur.com/GPHX5NL.jpg
https://i0.wp.com/i.imgur.com/FS8iRUe.jpg
Brochure publicitaire de La Victoria Arduino pour les nouveaux modèles Tipo Extra, Agence Juvara à Paris en 1931.

Au niveau de l’innovation technologique, un dernier brevet doit être mentionné, il s’agit de la machine à pompe «Sistema ed apparechio per la rapida preparazione del caffè in bevanda» (n. 254270, déposé le 12 août 1926).

https://i0.wp.com/i.imgur.com/d4h5hX5.jpg

https://i0.wp.com/i.imgur.com/mht3kSN.jpg https://i0.wp.com/i.imgur.com/1ULuQaM.jpg
https://i0.wp.com/i.imgur.com/vUGAmme.jpg
Brevet italien N. 254270 de la Victoria Arduino, déposé le 12 août 1926 (images tirées du brevet FR658739).

L’introduction du brevet, de 1926 je le rappelle, pose en ces termes le problème des machines à café express fonctionnant sur le principe de la vapeur : «L’eau bouillante envoyée sur la poudre de café se trouve de ce fait à une température supérieure à 100°C, ce qui représente un inconvénient considérable, car la boisson obtenue est trouble et la saveur et l’arôme en sont altérés.

Si l’on emploie de l’eau à une température inférieure à 100°C, bien que de très peu, la boisson obtenue est claire, sa saveur et son parfum restant inaltérés, ce qui est dû au fait que les substances tanniques et autres contenues dans la poudre de café, et susceptibles de rendre la boisson trouble et sa saveur astringente et désagréable, ne passent dans la boisson que lorsque la température de l’eau agissant sur la poudre de café atteint ou dépasse 100°C.»

Si le problème posé est exactement le même que celui à l’origine du groupe d’Achille Gaggia déposé 20 ans plus tard, la solution est différente… enfin pas si éloignée que ça. Le système proposé pour extraire rapidement du café avec de l’eau à moins de 100°C utilise non pas une compression directe de l’eau, mais utilise la force d’une pompe (à air) à main. Le brevet évoque d’autres tentatives sur ce principe à l’aide de moteurs-compresseurs (trop bruyants et prenant trop de place) sans qu’il soit précisé si cela venait de la Victoria Arduino ou d’autres maisons comme Luigi Giarlotto (inventeur d’une machine fonctionnant à l’aide d’une pompe à air en 1909) ou Marius Malaussena (un inventeur de Nice qui travaillait sur un système similaire dans les années 20).

L’action mécanique passe par une crémaillère poussée par un engrenage en demi-lune, le piston des figures 1 et 2 ne pousse pas directement sur l’eau, mais sert à doser la quantité d’eau chaude et la quantité d’air comprimé servant à passer l’eau sur la mouture, la pression d’extraction étant réglée par la soupape (13) qui laisse passer l’air et/ou l’eau poussée.

20 ans avant Gaggia, on est exactement dans la même recherche de solution et à un cheveu de ce qui a permis le passage du café express à l’expresso.

https://i0.wp.com/i.imgur.com/BN5TNPT.jpg
Timbre à l’effigie de La Vicroria Arduino, reprenant une affiche publicitaire des années 30.

Je suis convaincu que si le destin avait donné quelques années de plus à Pier Teresio, il aurait alors inscrit son nom non plus dans l’histoire, mais dans la légende, celle qui veut que cette idée du piston (de Gaggia) soit arrivée de nulle part alors qu’elle est, comme la plupart des inventions, le fruit d’un tâtonnement de différents inventeurs focalisés vers un même objectif… jusqu’à la consécration d’un seul.

https://i0.wp.com/i.imgur.com/X48ZIx4.jpg
Usine La Vicroria Arduino dans les années 40.
https://i0.wp.com/i.imgur.com/40dzfW0.jpg
https://i0.wp.com/i.imgur.com/5s1ZUXz.jpg
https://i0.wp.com/i.imgur.com/92G06Ie.jpg
Dans les années 40, passage des modèles express à colonnes aux modèles horizontaux.

Pier Teresio Arduino verra tout de même son œuvre reconnue, mais peut-être pas à la hauteur du personnage (même pas de sa petite taille), enfin, il a quand même eu droit à une série de timbres… Son entreprise a survécu à l’arrivée du groupe Gaggia et des machines à pompe de Valente (Faema) en participant même à leur évolution. La Victoria Arduino existe encore aujourd’hui et est une des rares à proposer encore des modèles de bar à levier.

À suivre…

[Retour au sommaire]

_________________________________

⁶ Images extraites de l’ouvrage « La Victoria Arduino, 100 anni di caffè espresso nel mundo » de Franco Capponi, 2005.
⁷ Inventeur prolifique, il a à son actif trois autres brevets : «Dosatore dell’acqua nelle maccine per la preparazione istantanea del caffè», «Apparechio automatico per la preparazione del caffè espresso» et Macchina per preparare la bevanda di caffè » (numéros 213010, 215406 et 215408) et des brevets d’addition (numéros 226565, 225016 et 231775).
 
2 Commentaires

Publié par le 16 mai 2015 dans Histoires et Histoire

 

Étiquettes : , , , , , , , , , ,