RSS

Archives de Tag: Caffè Cataldi

Rêves d’Abyssinie

132 rue Saint-Denis

132 rue Saint-Denis

Rêves d’Abyssinie, comme ce nom le laisse présager, est un lieu complètement dédié au café. Cyril Muller et Romain Peretti l’ont imaginé comme un espace d’expériences autour du café. Expérience, pour le consommateur curieux, quand il s’agit de choisir entre l’espresso, le filtre ou l’aeroPress comme méthode d’infusion, et expérience d’un café extrait dans les règles de l’art pour les amateurs plus avertis. Cyril me confie aussi qu’il est en train de tester la méthode Turque, pour les amateurs.

Dans tous les cas, il y a un sens de la pédagogie pour nous expliquer l’intérêt de telle ou telle méthode ou quand Cyril nous raconte comment il a retapé la machine à espresso qui trône sur le comptoir – car il s’agit d’une Unic Junior de 1955, probablement la plus ancienne machine en fonctionnement dans un bar à Paris.

Cyril en action

Cyril en action

Alors que Romain œuvre en coulisse, Cyril est sur le devant de la scène, entendez derrière le comptoir, pour nous confectionner notre Infusion. Venu de la mixologie, il a travaillé et acquis son expérience dans le cocktail durant quelques années avant de se consacrer à la maîtrise de la préparation du café. Je le comprends, il faut bien convenir que c’est une boisson plus fascinante que beaucoup d’autres. Et régulièrement, Chung-Leng Tran vient lui prêter main forte.

Pour accompagner les cafés torréfiés par Cataldi, Belleville ou Coutume qu’on savoure ici, on peut commander du salé à midi : des soupes, quiches, tartines ou sandwiches aux fromages, tous les ingrédients sélectionnés (origines et qualité), c’est entendu. La carte est revue pour le printemps-été, parce que personne ne pense que la soupe sera un grand succès en juillet. En ce qui concerne le sucré : formule petit-déjeuner et jus d’orange, tartes, viennoiseries et mignardises tout au long de la journée.

Vue d'ensemble, au fond du couloir, la petite salle

Vue d’ensemble. Au fond du couloir, la salle

Tout pour le café, et ses à-côtés : des produits de qualité, vous disais-je plus haut. Cela se traduit aussi par une décoration simple, un accueil sans chichi. Rêves d’Abyssinie est un bar anti-snob, en plein centre de Paris, où l’étudiant posé devant le comptoir côtoiera le cadre de passage et les touristes décontractés dans la salle. Un lieu qui respire la sincérité de la démarche de ceux qui l’ont conçu, en dehors de toute mode.

Rêves d’Abyssinie : 132 rue Saint-Denis, 75002 Paris

Mise à jour (27/05/2014) : Nous avons appris que Rêves d’Abyssinie est fermé maintenant depuis quelques semaines. C’est bien dommage. Nous laissons le billet comme souvenir de bons moments de cafés partagés…

M.

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 18 avril 2014 dans Où boire les meilleurs cafés

 

Étiquettes : , , , , , , ,

Caffè Cataldi

Aujourd’hui, je ne vous emmène nulle part !

Oui, ce n’est pas une adresse que je veux vous recommander. Enfin… si, mais une adresse internet, car Caffè Cataldi est un site avant tout, même si Stéphane Cataldi vous accueillera gentiment dans son atelier à Louargat, si vous passez.

L'atelier

L’atelier

Abordons son parcours depuis le début : informaticien, Stéphane s’est mis à torréfier en amateur, chez lui, vers 2000. Auparavant, il avait commencé par s’équiper d’une machine espresso et d’un bon moulin, car il voulait pouvoir boire un bon café, ce qui était difficile : « Le café a toujours été important dans ma famille et, avec mes frères, on a toujours essayé de comprendre pourquoi les espressi étaient catastrophiques en France par rapport à l’Italie alors que les machines étaient similaires » me dit-il. A partir de là, il n’a cessé de progresser.

La passion prit vite le dessus et l’idée d’ouvrir une torréfaction naquit dès 2003.

caffè Cataldi

Stéphane en action

Caffè Cataldi ouvrit donc en 2009 dans les Côtes-d’Armor car Stéphane, alsacien d’origine et vivant alors à Paris, se prit de passion pour la Bretagne au point de s’y installer ; dès 2010, il est récompensé du titre de meilleur torréfacteur de France. Très fort pour un autodidacte. En tant que tel, il n’avait pas au début connaissance de la notion de troisième vague mais sa façon de voir et de faire mais aussi ses goûts personnels s’en rapprochaient. « Mais nous sommes en France, ce serait plus sympa de dire ‘Nouvelle Vague’! »

Pour écrire ce billet, j’ai commandé un café que j’aime bien : un Yirgacheffe Wote et aussi un des mélanges de Stéphane, le One More Blend. Le premier est floral et, même s’il est adapté à une préparation en filtre, je l’ai particulièrement apprécié en espresso. Une gourmandise. Quant au deuxième, il est spécialement conçu pour l’espresso. Bien équilibré, il est rond avec une dominante de fruits secs. Bref, pour ce que j’en ai gouté et au vu des échos que j’en ai, la qualité est constante tout au long de l’année, c’est pourquoi les crus ne sont pas toujours disponibles : le café est un produit saisonnier, et comme Stéphane se fournit auprès de petits Cataldi au travailproducteurs, comme pratiquement tous les artisans dont je parle dans ce blog, les stocks sont limités. Cela n’a pas d’importance, car ce qui est bien avec un artisan, c’est l’échange. En fonction des approvisionnements et de nos goûts, on discute et on se laisse guider par son expertise. Bon, on ne peut pas parler directement à Stéphane Cataldi, mais son site est bien pensé pour l’interaction avec les clients et on peut l’interpeller sur facebook. L’accueil du site est clair, il oriente immédiatement vers les suggestions du moment, et nous guide vers nos préférences par origines ; il est aussi didactique dans sa partie blog, si vous voulez comprendre les particularités des origines, les techniques de récolte et le travail du torréfacteur.

Caffè Cataldi, le torréfacteur 2.0 !

www.caffe-cataldi.fr

Crédit photos: Chung-Leng Tran

 

Étiquettes : , , , , , , ,